69e: Le chemin de Oneroa à Palm Beach - février 2017





Arrivé de France depuis à peine 4 jours, me voilà, le dimanche matin, sous un grand soleil, en train d’embarquer avec les Trempeurs sur le ferry qui nous amènera sur l’île de Waiheke, près d’Auckland.

9.30, le ferry part. Nous voyons s’éloigner peu à peu Auckland et sa fameuse Sky Tower. Et là s’enchaînent déjà des paysages très variés, autant de petites îles volcaniques, de baies et de plages qui poussent à vouloir les explorer. Cela fait à peine quelques minutes que nous sommes partis, pourtant Auckland semble tellement loin...

Après 40 minutes passées sur l’eau, nous arrivons sur Waiheke. Le premier reflex est de mettre de la crème solaire. Le soleil est bel et bien présent ce dimanche.

Nous commençons donc une légère ascension vers le village d’Oneroa, qui nous donne la réelle impression d’être en vacances.

Nous poursuivons cependant notre marche le long de la côte. Tout en montant et descendant nous traversons les plages, nous passons par les rochers, nous nous aventurons dans une petite forêt qu’un français comme moi confondrait presque avec une jungle. Et, très souvent, quand nous regardons autour de nous, nous voyons un défilé de paysages grandioses, des plages magnifiques et l’océan irrésistiblement bleu.

Or, comme se nourrir reste très important, nous nous arrêtons sur une plage pour déjeuner et nous baigner (c’est assez perturbant de se baigner en février d’ailleurs).
 

Enfin, après un bon repas autour de spécialités françaises comme de la charcuterie, du fromage ou encore du vin, nous poursuivons notre balade jusqu’à Palm Beach, une grande plage qui pourrait en étonner plus d’un à certains endroits. 



Et c’est donc à cet endroit que se termine cette superbe promenade car le bus s’occupera de nous ramener jusqu’au ferry. Tout cela bien sûr dans une très bonne ambiance. Personnellement, j’ai connu pire comme dimanche.

Paroles de Victor

68e: le Chemin de Zion Hill, Karekare


Le 19 juin, nous, les 8 marcheurs, nous sommes retrouvés à 11 heures sur le parking de la plage de Karekare, après un voyage long et jolie sur Lone Kauri Rd. Après avoir appliqué de la crème solaire, et en portant nos imperméables, nous étions tout prêts pour la randonnée et ce que la journée ramènerait! Nous avons fait l'escalade de la colline en ayant des bonnes conversations, et la vue du sommet de Zion Hill était magnifique, avec cette côte Ouest sauvage.

Heureusement pour nous, la pluie n'est jamais arrivée, et nous étions heureux d'avoir mis de la crème solaire sur les visages. Il y avait quand même beaucoup de boue, donc Rob et Jean avaient de la bonne raison d'avoir ramené leurs battons pour leur empêcher de glisser. Richard nous a montré des plantes natives qu'on peut manger- du hangihangi et du kawakawa. Ces feuilles, et les pruneaux que Lisa a partagés gentiment, ont fait des bons casse-croutes jusqu'à l'heure du pique-nique.

Nous sommes descendus la colline par le foret natif qui était super beau, en écoutant les tuis et les autre oiseaux neo-zelandais. La boue était très bien pour faire travailler les cerveaux, comme il faut décider ou est-ce qu'il faut placer les pieds sans glisser! Nous sommes arrivés aux marais, très beaux avec des plantes intéressantes. En fait, on ne peut pas toujours voir l'eau au-dessous, comme Didier a découvert pour nous, avec son pied tout mouille après cette expérience! 

Apres avoir marche dans les marais, nous avons trouvé un bel endroit pour faire un pique-nique, sur le sable noir, avec la plage sur une côté, et les falaises sur l'autre côté de nous. Nous avons mangés du fromage français, du pain, et des fruits en pleine soleil- on pourrait même imaginer que c'était l'été, au lieu d'hiver!

La marche sur le sable était super, avec ou sans chaussures (c'est bon d'être comme des hobbits, de temps en temps!), et à la fin nous avons marche dans un tunnel! 

Merci aux Trempeurs pour cette belle journée, en bonne compagnie! On attend avec impatience la prochaine randonnée!

Résumé d’Antonia

67e: la falaise et la grotte de Betthels



Marche au départ de Bethells Beach

Ce 1er mai, jour de la fête du travail en France, les trempeurs ont décidé de se réunir pour une marche sur les côtes de Bethells Beach. Le rendez-vous est donné à 11h au Lake Wainamu. 19 marcheurs ont répondu présents dont 5 nouveaux. Une fois tout le monde réuni sur la bonne route, cela fait un joli troupeau de francophones !
Le soleil est avec nous et cela s’entend. Ça papote, fait connaissance, s’échange les dernières nouvelles et le groupe va bon train. Romaric, Mark et Bertrand mènent la tête et profitent de jolis points de vue pour attendre le reste de la troupe où chacun fera une petite pause pour reprendre son souffle, prendre une photo ou une gorgée d’eau. Notre chemin croisera une sorte de gros criquet néo-zélandais , un weta,  au détour d’une feuille tressée.
Petit à petit, nous prenons de la hauteur. Le rythme de la marche ralentit au fur et à mesure que la pente se fait plus raide et longue. Il est presque midi lorsque le vent se lève et commence à apporter des nuages menaçants. Les plus rapides sont en charge de trouver un spot pour le repas.



La troupe s’arrêtera finalement en haut de la falaise avec une magnifique vue surplombant la plage de Bethells. Les K-ways enfilés afin de prévenir la pluie qui s’annonce, chacun s’affaire à son repas. Les plus gourmands auront apporté du bon pain, du fromage français et du vin, sans oublier le carré de chocolat ! Une photo de groupe plus tard, les sacs sont repliés et le retour s’amorce sous une pluie battante. Celle-ci n’a pas raison des trempeurs trempés qui continuent la marche dans la bonne humeur ! 10min plus tard, la pluie s’arrête.
Le retour se fera par la plage, l’occasion pour les filles de mater les surfeurs, pour les photographes de prendre de belles photos et pour d’autres de mettre les pieds dans l’eau. L’intérêt se trouve également au bout de cette plage qui cache une petite grotte accessible à marée basse. La balade touche à sa fin et ça n’est pas pour déplaire à tous car la pluie reprend de plus belle.

Malgré un taux d’humidité plus élevé qu’à l’accoutumée, le moral des trempeurs sera resté au beau fixe avec de franches rigolades, beaucoup d’échanges, de nouveaux contacts dans une ambiance décontractée et amicale.
A bientôt pour de nouvelles aventures. Et n’oubliez pas : chaussettes, chaussures et… imperméable !!!
Caroline